Les Artisans du Rêve
Bienvenue sur LADR ♥️
N'hésite pas à nous rejoindre ou connecte-toi vite pour des RPs fous 8D

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fight, Fight, Fight ! [ PV Mydria ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mydria
Chef des Trèfles ♣

avatarChef des Trèfles ♣

• Points de RP : 393
• Messages : 1379


MessageSujet: Re: Fight, Fight, Fight ! [ PV Mydria ]   Dim 11 Nov - 14:27

Tandis que j'attendais que Mao achève le meneur ennemi, je vis Campino croiser le fer avec mon espion, puis son adversaire lui attrapa le poignet, lui faisant lâcher son épée. Désarmé, l'homme imposant attrapa les épaules du guerrier et envoya son pied dans son entre-jambe. Je grimaçais pour lui. Décidément, il avait prit gout à cet nouvelle technique de défense. Sans attendre, Scampi lui fit un gros coup de tête, et Mao s'effondra sur le sol, inconscient. La colère monta en moi.

Dès que le Pique se dirigea vers son Allatis blessé, je fis quelques dans sa direction, flèche pointé vers lui, tandis que Pan avançait ventre à terre pour s'approcher du cheval que tenait ma lieutenante. Replié sur lui-même, le félin était prêt à bondir en cas de problème, et Campino lui adressa un regard mauvais. Puis, d'un geste vif et rapide, ce dernier retira la flèche plantée dans l'arrière-train de l'étalon. Sans attendre, je fondais sur lui, tel un oiseau sur sa proie, baissant mon arc et percutant mon ennemi de plein fouet, lui faisant perdre l'équilibre. S'emmêlant les pieds, il tomba sur le sol, sa tête hersant le sable de pleins fouets.

« Pan, fait gaffe au sabots du... »

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que l'animal mettait un coup de boule magistral à Kyndra, qui s'écroula à son tour. Nous étions revenu au point de départ. Deux contre deux, mais avec un avantage de mon côté, évidemment. Tandis que je détournais la tête, Campino en profita pour attraper le reste de mes flèches dans mon carquois et de les lancer derrière les buissons. Il allait regretter son geste !! Je commençais à appuyer sur sa poitrine, lu coupant la respiration, tout en m'approchant de lui jusqu'à sentir son souffle court sur mon visage. Le fixant de mes yeux qui lançaient des éclairs, j'appelais Lorenzo et qui se dégagea de l'équidé pour accourir.

« Montes sur lui, et plantes tes griffes dans son torse, je m'occupes du cheval. »

Il s'exécuta, commençant a planter ses griffes pointues dans la chair de sa poitrine. Le sang perla sur sa peau à vif. Sans attendre plus longtemps, je fixais son Allatis qui paraissait prêt à me charger. Les genoux pliés, je visualisais les arbustes où mes flèches avaient disparues. Faisant mine de partir à droite, je dis une feinte et couru vers la gauche à toute vitesse, attrapant mon tas d'armes. Les remettants dans mon carquois, j'esquivais le cheval qui mon fonçait dessus, et bandais de nouveau mon arc, ayant sa tête comme cible, attendant qu'il s'arrête. Puis je dis à l'intention de son humain.

« Bon on fait quoi Scampi ? Tu veux réellement que je lâche ma flèche sur ton cheval ou t'abandonnes et je te laisses la vie ? »

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beau (:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-artisans-du-reve.forumactif.org/
Campino
Chef des Piques ♠

avatarChef des Piques ♠

• Points de RP : 348
• Messages : 1137


MessageSujet: Re: Fight, Fight, Fight ! [ PV Mydria ]   Dim 11 Nov - 15:01

Les larmes coulèrent seules de mes yeux sans que je puisse les refouler, tant la douleur était insupportable. Mon torse était en train de se faire lacérer et j'étais incapable de lever la tête pour voir comment allait Rod. Je criais de douleur, comme pensant que ça pourrait la soulager. J'étais fini. Puis j'ai décidé de souffrir en silence, voyant ma peau dans les griffes du tigre qui semblait s'amuser comme un fou. Il pouvait me tuer, là, tout de suite. Je sentais qu'au moindre coup à la tête, qu'à la moindre blessure béante, je quitterais ce monde. J'entendis cette voix railleuse, la voix de mon adversaire qui semblait se délecter de ma souffrance.

« Bon on fait quoi Scampi ? Tu veux réellement que je lâche ma flèche sur ton cheval ou t'abandonnes et je te laisses la vie ? »

Qu'elle m'appelle par ce surnom me fut réellement insupportable, pas plus que quand je vis la flèche dirigée sur la tempe de mon Allatis, prête à être tirée au moindre de mes mouvements. Au début, je paniquais, j'avais envie de me dégager et de sauver Rod, je crevais de faim et je voulais une douche glacée pour calmer la douleur atroce de mes blessures. Mais c'était impossible. Je respirais avec peine, faisant un bruit épouvantable à chaque inspiration. Mes yeux devaient traduire le désespoir et la douleur.

Tout était fini. Il fallait que je me rende. Mais quelque-chose subsistait en moi. Un souvenir, une phrase, qui me revint à l'esprit en plus de l'endroit et du jour où elle fut prononcée. « Meurs ou gagne. » J'allais donc m'en tenir là. Le félin se retira de mon corps lacéré, étant donné qu'au moindre de mes mouvements, mon Allatis mourrait. Et si Rod meut, je prends mon épée et je me l'enfonce dans le coeur. Me suicider ma paraissait une bonne idée. Devinant mes pensées, j'entendis la voix paniquée de mon étalon au fond de moi.

« Mais t'es malade ?! Si tu dois crever, c'est au combat, pas à te planter une épée dans la gueule comme un con ! Quitte à ce que je crève, tu te lèves et tu la zigouilles ! J'ai pas peur de la mort, mais de ce que tu deviendras après, sans moi ! »

Rod disait vrai. Mais soudain, j'eus une idée. Une idée qui nous laissait une chance à tout les deux, si l'on réussissait. Si on échouait, on mourrait dans d'atroces souffrances... Quitte à essayer de sauver mon Allatis, c'était tout ce qui m'importait.
Mes yeux se fermèrent. Consciencieusement, je fis couler les larmes.

« Tu bouges pas, Rod. Pas de gestes brusques. Fais-moi confiance.. »

Je savais que cette solution n'allait pas lui plaire à première vue, mais l'important était d'essayer.
Je me mis à sangloter comme un enfant, sans pour autant ressentir aucune peine. Car je pleurais sur commande. Je levai la tête et criai :

« C'EST BON, JE ME RENDS !!! »

Je vis mon Allatis d'abord me lancer un regard interrogateur, puis comprendre. Il me fit un signe presque imperceptible comme quoi c'était d'accord. Mydria s'approcha de moi, pleine de gloire, son arc à la main, et, erreur de sa part, elle tourna ainsi le dos à Rod. Je lançai à mon adversaire le regard le plus soumis qui soit. Sans un bruit, sans un craquement, mon Allatis fit quelques pas en direction de l'ennemie. Soudainement, il fonça comme un fou, se cabra et mis un coup de sabot dans son dos, tandis que je me relevais de ma mare de sang, une douleur insupportable se faisant sentir au torse. Le tigre se rua sur moi et, comme j'avais prévu ce coup, je l'arrêtai avec mon épée et l'envoyai contre un arbre avec celle-ci. Je courus vers l'animal et lui mis l'arme sur la gorge, tandis que Rod avait désarmé et coincé Mydria sous ses lourdes pattes.

« Mourir ou gagner, mais jamais se rendre. », lâchais-je.

_________________

« Denn mit dir habe ich das Gefühl, dass wir heut' Nacht unsterblich sind. Ich weiß, es kann uns nichts geschehen, weil wir unsterblich sind, unsterblich sind... »